Lendemains d’Empire

Les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle

Les légendes natio­nales font une large part aux sol­dats de Napoléon, des gro­gnards aux Marie-Louise en pas­sant par la garde de Waterloo ou par les maré­chaux hauts en cou­leurs. Mais si l’at­ten­tion s’est sou­vent por­tée sur leurs exploits, sur leurs des­ti­nées excep­tion­nelles ou sur leurs talents de pro­pa­gan­distes, la masse des hommes de troupe qui pas­sèrent quelques années dans les armées, avant de reve­nir dans la vie civile pour le reste de leur exis­tence, est res­tée dans l’ombre. Ce livre tente de recons­ti­tuer les des­tins de ces ano­nymes. Comment ont-ils vécu les com­bats, quelle a été leur expé­rience de la guerre, qu’ont-ils pu en rete­nir ? Mais leur his­toire ne s’ar­rête pas en 1815. Comprendre leur deve­nir après la guerre révèle l’im­por­tance des années 1800 – 1815 pour toute l’his­toire du XIXe siècle : la conscrip­tion a bras­sé des mil­liers d’in­di­vi­dus, dont les atti­tudes poli­tiques, les tra­jec­toires sociales ou encore les choix cultu­rels ont mar­qué le siècle. En croi­sant de mul­tiples sources, lettres, mémoires, enquêtes, listes d’in­va­lides ou de déco­rés, archives judi­ciaires ou nota­riées, ce livre explore les moda­li­tés du pas­sage de la vie mili­taire à la vie civile en mon­trant quelles ont été les réa­li­tés humaines cachées der­rière tous les cli­chés de la légende napo­léo­nienne. Paradoxalement, ces hommes, aux ori­gines et aux expé­riences dis­pa­rates, sou­vent décriés dans les années 1820, se retrouvent peu à peu réunis dans une com­mu­nau­té de fait devant l’o­pi­nion du pays, indé­pen­dam­ment de leurs réus­sites sociales ou de leurs échecs. C’est donc l’his­toire de la consti­tu­tion d’un groupe essen­tiel de la France contem­po­raine qui est pro­po­sée ici.

Du même auteur :