Collection :

Fleuriau de Bellevue et le monde minéral

le_monde_mineral

Cet ouvrage pro­pose d’enrichir et de pro­lon­ger l’exposition tem­po­raire du Muséum d’Histoire natu­relle de La Rochelle inti­tu­lée « Cristallographie, Fleuriau de Bellevue et la géo­mé­trie des miné­raux  » (11 octobre 2014-11 jan­vier 2015) qui a reçu le label de l’AnnéeInternationale de la Cristallographie 2014 et l’exposition tem­po­raire « Louis Benjamin Fleuriau de Bellevue (1761−1852) : Notable et phi­lan­thrope roche­lais » (du 9 jan­vier au 20 mars 2015) pré­sen­tée aux Archives dépar­te­men­tales de Charente-Maritime. La pre­mière par­tie per­met de décou­vrir les dif­fé­rentes facettes de Louis Benjamin Fleuriau de Bellevue, per­son­nage roche­lais de la seconde par­tie du XVIIIe siècle et début XIXe siècle. Le jeune Fleuriau se consacre tout d’abord à la science. Voyageur qui étu­die la géo­lo­gie sur le ter­rain, expé­ri­men­ta­teur qui uti­lise les échan­tillons récol­tés pour ses expé­riences de labo­ra­toire. Fleuriau, de retour à La Rochelle, devient un notable, un phi­lan­thrope au ser­vice de sa ville et de sa région. La science doit ser­vir à l’utilité publique et Fleuriau oeuvre jusqu’à sa mort en ce sens. Fleuriau de Bellevue est éga­le­ment emblé­ma­tique en tant que témoin actif d’une science alors nais­sante : la cris­tal­lo­gra­phie, dont les deux prin­ci­paux créa­teurs sont Jean-Baptiste Romé de l’Isle et René Just Haüy. Il pren­dra à nou­veau posi­tion dans le grand débat de l’origine des roches com­po­sant l’écorce ter­restre qui anime la com­mu­nau­té géo­lo­gique pen­dant plu­sieurs décen­nies. La deuxième par­tie de cet ouvrage est une ini­tia­tion au monde miné­ral. Il pro­pose quelques clefs pour com­prendre ce qu’est un miné­ral, les carac­tères qui per­mettent leur iden­ti­fi­ca­tion et com­ment les espèces miné­rales sont nom­mées et clas­sées. L’approche se veut didac­tique et acces­sible à tous. De nom­breux encarts et illus­tra­tions per­mettent de che­mi­ner dans cet uni­vers qui ne vous sera plus étran­ger. L’objectif étant de prendre plai­sir en s’instruisant.

Du même auteur :