Collection :

Sophie et Jean-Pierre Blanchard, aéronautes professionnels

En février 1778, Jean-Pierre Blanchard, inven­teur de diverses machines qui se sont révé­lées sans ave­nir, séjourne dans une auberge aux Trois-Canons, près de ChâtellaillonCharente Ne pou­vant s’acquitter de ses frais de pen­sion auprès de l’aubergiste, enceinte de huit mois, il prend l’engagement d’adopter son futur enfant si c’est un gar­çon et de l’épouser si c’est une fille. Vingt ans plus tard, il est deve­nu l’un des plus célèbres aéro­nautes fran­çais, se pro­dui­sant dans toute l’Europe et aux États-Unis. En 1804, contre toute attente, il tient sa pro­messe. Il épouse Sophie et l’initie à son art. Le couple mul­ti­plie les ascen­sions en bal­lon à hydro­gène, un spec­tacle qui, à cette époque, déchaîne l’enthousiasme des foules. Après la mort de son mari en 1809, Sophie, nom­mée par Napoléon « ministre des bal­lons », agré­mente ses nom­breuses ascen­sions de somp­tueux spec­tacles pyro­tech­niques, atti­rant en France et dans les grandes villes euro­péennes des mil­liers de spec­ta­teurs enthou­siastes. En 1819, Sophie Blanchard meurt tra­gi­que­ment à Paris dans l’incendie de son ballon.

Du même auteur :