Le “Travail allemand”, une organisation de résistance au sein de la Wehrmacht

le_travail_allemand

l’initiative des par­tis com­mu­nistes fran­çais, alle­mand et autri­chien, est mise en place en 1941 une orga­ni­sa­tion appe­lée TA – Travail alle­mand, dit aus­si par­fois Travail anti-alle­mand – avec pour objec­tif de péné­trer la machine de guerre nazie et d’organiser au sein de la Wehrmacht elle-même des groupes d’opposants au nazisme, en lien avec la résis­tance fran­çaise. La mise en oeuvre du TA est géné­ra­le­ment attri­buée aux réfu­giés alle­mands, mais les Autrichiens et d’autres ger­ma­no­phones des pays d’Europe cen­trale, le plus sou­vent juifs, y tinrent une place déter­mi­nante. Enfin, les femmes y jouèrent un rôle capi­tal. Le livre est consti­tué de cinq entre­tiens avec des pro­ta­go­nistes de cette his­toire, enca­drés par deux textes et d’un post-scrip­tum qui rendent compte de l’évolution de la per­cep­tion et de la connais­sance du sujet, mais qui ouvrent éga­le­ment des pers­pec­tives de recherches nou­velles. Cette his­toire a été pen­dant très long­temps – et reste encore – très peu étu­diée par les his­to­riens et lar­ge­ment incon­nue du grand public. 

Du même auteur :
Catherine Varlin-Winter, résistante, militante, journaliste (1925-2004) 
(2022)