Le Grand Revirement

Histoire culturelle du travail (1680-1850)

L’auteur raconte l’histoire cultu­relle du tra­vail selon les varia­tions du regard que l’homme porte sur sa propre nature du milieu du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle. Il indique les voies par les­quelles cette vision de l’homme et de son labeur sont deve­nues des normes juri­diques. Le foi­son­ne­ment des doc­trines pour défi­nir le tra­vail mais encore pour ins­tau­rer un ordre social qui fasse sa place à celui-ci est tel qu’il est dif­fi­cile de trou­ver des césures chro­no­lo­giques claires, étant posé une fois pour toutes que la Grande Révolution ne fut pas un bloc. En deux siècles, le tra­vail change de base aus­si sûre­ment que l’homme change ses propres assises. Le poème d’Eugène Pottier (1816−1887), dans sa pre­mière ver­sion qui date­rait de 1871, syn­thé­tise toute une évo­lu­tion cultu­relle du tra­vail, de l’homme et de la société :

« Qu’enfin le pas­sé s’engloutisse !
Qu’un genre humain transfiguré
Sur le ciel clair de la Justice
Mûrisse avec l’épi doré !
Ne crains plus les nids de chenilles
Qui gâtaient l’arbre et ses produits,
Travail, étends sur nos familles
Tes rameaux tout rouges de fruits. »

Remarque : le sujet de cette étude est au pro­gramme de l’agrégation.

Du même auteur :