Collection :

Histoire des souffrances du sieur Élie Neau,

sur les galères, et dans les cachots de Marseille

histoire_des_souffrances

Elie Neau est né en Saintonge, en terre pro­tes­tante. Comme beau­coup de ses « pays », il est embar­qué comme mousse à 12 ans à La Rochelle, d’où une flotte nom­breuse des­sert les Caraîbes et le Canada. Avant même la Révocation de l’Edit de Nantes, et devant les per­sé­cu­tions qui s’étendent dans le pays pro­tes­tant d’Aunis et de Saintonge, il s’établit à Boston, et demande à la Couronne d’Angleterre sa natu­ra­li­sa­tion. Commandant de navire mar­chand, éta­bli à New York, il est cap­tu­ré par un cor­saire fran­çais, rame­né à Saint-Malo, et condam­né aux galères à per­pé­tui­té pour avoir quit­té le royaume sans auto­ri­sa­tion, mais sur­tout pour être de la reli­gion réfor­mée. Elie Neau fait par­tie des 1551 pro­tes­tants condam­nés aux galères. À pied, la chaîne rejoint Marseille. Elie Neau est un pro­tes­tant opi­niâtre, qui fait du pro­sé­ly­tisme, ce qui lui vaut l’ire du ministre de la Marine et une incar­cé­ra­tion dans des condi­tions ter­ribles au châ­teau d’If. Libéré en 1698 grâce à l’intervention de l’ambassadeur d’Angleterre, Elie Neau regagne New York. La der­nière étape de la vie de Neau sera consa­crée à la créa­tion d’une « école pour les Africains » : les esclaves noirs (et quelques Indiens) de New York.

Du même auteur :