Collection :

Le Mur de l’Atlantique en Aquitaine

Maîtres d’ouvrages et travailleurs forcés

En juin 1944, la côte atlan­tique en France est deve­nue le théâtre de ce qui fut l’une des plus grandes batailles mili­taires de l’histoire. La lit­té­ra­ture sur le débar­que­ment allié en Normandie est considérable.

Moins connus sont les efforts du Troisième Reich pour empê­cher cette inva­sion. La construc­tion du « Mur de l’Atlantique » le long des côtes de l’Europe occi­den­tale en a fait une des plus grandes struc­tures défen­sives de l’histoire militaire.

Le pré­sent ouvrage traite de cette construc­tion mili­taire, dont les ves­tiges se trouvent encore aujourd’hui sur de nom­breuses plages en Europe occi­den­tale. Il entend faire connaître la tra­gé­die humaine de la construc­tion du Mur de l’Atlantique en France par de nom­breux tra­vailleurs for­cés du régime nazi et com­prendre dans quelle mesure la col­la­bo­ra­tion éco­no­mique de la France de Vichy a été impor­tante pour sa construction.

L’ouvrage décrit une par­tie du Mur de l’Atlantique qui a connu une exis­tence presque tran­quille : les côtes de l’Aquitaine dans le Sud-Ouest, une région qui, avec sa métro­pole de Bordeaux, est deve­nue un avant-poste stra­té­gique dans l’Europe d’Hitler : d’une part, son port sert au tra­fic avec le Japon et d’autre part, la ville abrite dans un gigan­tesque bun­ker une flotte de sous-marins alle­mands qui mène pen­dant cinq années une guerre sans pitié dans l’Atlantique.

Du même auteur :
L’« Empire de la contrainte » 
(2021)