Collection :

La Rochelle, Rochefort et l’Aunis sous le Front populaire

1936-1938

la_rochelle

Les grèves sur le tas, les cor­tèges joyeux, les congés payés, les esca­pades en tan­dem, les « trains du plai­sir », les auberges de jeu­nesse et la décou­verte de la mer pour des ouvriers en cas­quette, heu­reux de quit­ter leurs cités obs­cures, voi­là les images de carte pos­tale que nous conser­vons du Front popu­laire et de ce bel été 36. Un air de fête ponc­tue ces pre­mières vacances et le nou­vel accès aux loi­sirs pour toute la classe pro­lé­ta­rienne, enfin recon­nue, des­sine les contours d’une culture de masse. Cette démo­cra­ti­sa­tion du temps libre ouvre sur un nou­vel art de vivre, fron­deur, fra­ter­nel et bon enfant ; une phi­lo­so­phie du bon­heur. « Images d’Épinal, angé­lisme et contra­dic­tions » diront cer­tains cen­seurs lors de l’inventaire… car le Front popu­laire, c’est aus­si la mon­tée du fas­cisme, la guerre civile espa­gnole, l’inflation galo­pante, les classes moyennes trop vite négli­gées et l’inexorable marche vers la guerre qui affectent, dans une accé­lé­ra­tion de l’histoire, les bas­sins indus­triels de l’Aunis. Les réfu­giés basques affluent en nombre par la mer, le chô­mage repart à la hausse, l’augmentation des salaires est effa­cée par l’explosion des prix et les nuages assom­brissent les belles espé­rances de l’été. Pour autant, plus rien ne sera comme avant. Au-delà des cli­vages et des frac­tures, la socié­té amorce une muta­tion irré­ver­sible. En cent jours et quelque 135 lois décli­nées sur les accords Matignon, le gou­ver­ne­ment de Léon Blum a éta­bli les traits essen­tiels de la légis­la­tion sociale contem­po­raine, res­tau­ré la digni­té de l’ouvrier et ouvert l’espoir d’un ave­nir meilleur. En croi­sant la mémoire vive col­lec­tée auprès des acteurs locaux, ouvriers et syn­di­ca­listes, les archives de la Sûreté natio­nale, la presse régio­nale et une impor­tante ico­no­gra­phie sou­vent inédite, l’historien Jean-Michel Blaizeau s’est effor­cé de décryp­ter les évé­ne­ments poli­tiques et sociaux qui se sont enchaî­nés sur les bas­sins auni­siens de La Rochelle, La Pallice, Rochefort, Tonnay-Charente et Surgères, de 1934 à 1938, tout en les repla­çant dans leur contexte natio­nal et international.

Du même auteur :