Collection :

La Mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie

(1830-1864)

missions_jesuites

Créée à Beyrouth dans le der­nier quart du XIXe siècle, l’Université Saint-Joseph reste l’oeuvre la plus pres­ti­gieuse de la mis­sion jésuite de Syrie. Ce « phare spi­ri­tuel de la Méditerranée », selon l’expression de Maurice Barrès, sym­bo­lise à la fois son rayon­ne­ment, la pré­sence fran­çaise au Levant, et les riva­li­tés entre les puis­sances occi­den­tales au Proche-Orient. Cet ouvrage retrace la genèse de cet éta­blis­se­ment en étu­diant le déve­lop­pe­ment de la mis­sion jésuite au Mont-Liban puis en Syrie dans une période trou­blée, celle de la Question d’Orient, mar­quée notam­ment par l’occupation égyp­tienne et les mas­sacres de 1860. De plus en plus nom­breux, sou­te­nus par la France impé­riale, les reli­gieux de la Compagnie de Jésus ne cherchent pas à conver­tir les musul­mans et se consacrent sur­tout à l’instruction, reli­gieuse et pro­fane, des catho­liques orien­taux. Leur action s’inscrit ain­si dans l’histoire des dif­fé­rentes Églises chré­tiennes du Proche-Orient et plus géné­ra­le­ment dans celle de l’empire ottoman.

Du même auteur :