Collection :

Un trappiste à la rencontre des moines du Tibet

un_trappiste

L’invasion du Tibet par les com­mu­nistes chi­nois en 1950, puis l’exil volon­taire du Dalaï-Lama et d’un bon nombre de Tibétains a bou­le­ver­sé la situa­tion poli­tique et cultu­relle d’un pays qui, farou­che­ment iso­lé depuis des siècles, s’est vu sou­dain pro­je­té hors de ses fron­tières. Cette culture tra­di­tion­nelle devint alors acces­sible aux Occidentaux en recherche et avides d’une spi­ri­tua­li­té qui répon­drait à leurs besoins, à leurs angoisses. L’auteur, tout en ayant déve­lop­pé une réelle sym­pa­thie pour le Dharma et ses adhé­rents, n’est pas boud­dhiste, ni même en recherche. Tout en sou­li­gnant les diver­gences doc­tri­nales « obvies et consi­dé­rables » entre les deux reli­gions, il éprouve un sen­ti­ment indé­niable de ren­contre en pro­fon­deur avec les moines tibé­tains : « l’être le plus réel des inter­lo­cu­teurs, sur­tout s’ils sont moines, ren­contre une âme soeur. Que l’on parle ou que l’on se taise, on se trouve en plein dialogue. »

Du même auteur :