Rois et serfs et autres écrits sur le servage

bh_rois_serfs

Les socié­tés médié­vales, dans l’Europe Centrale et Occidentale, n’ont pas connu l’es­cla­vage, ou ne l’ont connu qu’ex­cep­tion­nel­le­ment. C’est un des points où elles s’op­posent le plus net­te­ment aux socié­tés antiques. En revanche, elles ont admis par­tout l’exis­tence d’une classe d’hommes de condi­tion infé­rieure, qui n’é­taient point pré­ci­sé­ment comme les esclaves la chose de leurs maîtres, mais qui néan­moins ne pas­saient pas pour entiè­re­ment libres. Cette classe, on la retrouve dans tous les pays où l’é­tat social a revê­tu, à peu près au même moment, la forme dite « féo­dale » : ce sont les Leibeigenen alle­mands, les Villains anglais, les Serfs fran­çais. Entre les caté­go­ries humaines que dési­gnent, dans les dif­fé­rents pays, ces dif­fé­rents noms, il y a incon­tes­ta­ble­ment une ana­lo­gie fon­da­men­tale ; mais il y a bien des dis­sem­blances aus­si, qui sont allées s’ac­cu­sant au cours des siècles. Il ne sera ques­tion ici que des serfs français… 

Du même auteur :