Les « saints de la République »

Les décorés de la Légion d'Honneur (1870-1940)

bh_logo

Depuis 1802, l’ordre de la Légion d’Honneur consti­tue en France un outil de récom­pense hono­ri­fique auquel tous les régimes poli­tiques suc­ces­sifs ont eu recours. La République en a fait sa plus haute dis­tinc­tion. Le « ruban rouge » est deve­nu une authen­tique « tech­nique de gou­ver­ne­ment » et occupe encore une place essen­tielle dans le dis­po­si­tif du « mana­ge­ment hono­ri­fique ». Il contri­bue à faire émer­ger des géné­ra­tions de « héros » répu­bli­cains assi­mi­lables à de « nou­veaux saints », por­teurs de ver­tus et de mérites auprès de l’en­semble des citoyens. Ils seront plus de deux cent mille légion­naires à la veille de 1940. La Troisième République aura été le temps au cours duquel la « croix d’hon­neur » connaî­tra un véri­table engoue­ment. Qui sont ces figures de l’exem­pla­ri­té répu­bli­caine ? C’est à une enquête de ter­rain que ce livre est consa­cré. De manière inédite, il s’ef­force de par­tir à la décou­verte de ces « saints de la République », incar­nant ses valeurs et ses ver­tus, pro­ve­nant des pro­fon­deurs des ter­roirs de France. Si le prix du sang a fait du héros mili­taire le légion­naire par excel­lence, l’exal­ta­tion du dévoue­ment et de la com­pé­tence a per­mis de récom­pen­ser les per­son­na­li­tés civiles qui consti­tuent les forces vives du pays, pre­nant sou­vent l’ha­bit de l’hon­nête homme, d’âge mûr et d’ex­pé­rience, exer­çant dans les sec­teurs les plus dyna­miques de l’é­co­no­mie, des sciences et du droit, en charge de man­dats poli­tiques locaux et de res­pon­sa­bi­li­tés publiques. Deux dépar­te­ments répu­bli­cains, la Saône-et-Loire et le Var, très tôt acquis à la cause démo­cra­tique, ont ser­vi ici de ter­ri­toire d’ob­ser­va­tion sur les méca­nismes de fabri­ca­tion d’un légion­naire civil entre 1872 et 1939. S’appuyant sur un cor­pus de cinq cents can­di­dats à la Légion d’Honneur, ce livre offre une étude inédite d’his­toire sociale du poli­tique por­tant sur les iti­né­raires et les ver­tus qui carac­té­risent des élites de la nation, déco­rées du « ruban rouge ». 

Du même auteur :