Les Intellectuels et les figures politiques charismatiques

De Gaulle, Mendès France, Mitterrand

les_intellectuels

Les « intel­lec­tuels » sont nés au moment de l’affaire Dreyfus et le néo­lo­gisme dési­gnait à l’origine une avant-garde cultu­relle et poli­tique qui osait défier la rai­son d’État. D’où une tra­di­tion qui situe l’engagement poli­tique des intel­lec­tuels sou­vent en oppo­si­tion avec les élites diri­geantes, dont ils tendent à deve­nir la mau­vaise conscience. L’auteur s’est inté­res­sé à ceux d’entre eux qui n’ont pas vou­lu se satis­faire de ce rôle de cri­tique et qui se sont confron­tés à la réa­li­té du pou­voir. Certains intel­lec­tuels sont allés jusqu’à accep­ter des postes (plus ou moins offi­ciels) pro­po­sés par les diri­geants cha­ris­ma­tiques que furent De Gaulle, Mendès France et Mitterrand, au détri­ment quel­que­fois de leur car­rière uni­ver­si­taire ou média­tique. On voit ain­si défi­ler Albert Camus, François Mauriac, Jean-Jacques Servan-Schreiber, Jean Daniel, André Malraux, Régis Debray, notam­ment. Or, la confiance dont béné­fi­cient ces grands hommes poli­tiques est sou­vent pré­sen­tée comme fai­sant une large part à l’affectif, voire à l’irrationnel. Il peut donc sem­bler para­doxal de voir les intel­lec­tuels se lier à de tels per­son­nages. L’étude de leurs rela­tions avec des per­son­na­li­tés cha­ris­ma­tiques peut être aus­si une manière de démys­ti­fier un pou­voir qui demeure sou­vent mystérieux

Du même auteur :