Collection :

L’Archipel Kangean

Sumenep, Java Est, Indonésie

Sous la direction de 
larchipel_Kangean

Les îles Kangean se situent au centre géo­gra­phique de l’immense espace archi­pé­la­gique indo­né­sien. Les poli­tiques de déve­lop­pe­ment semblent avoir igno­ré son exis­tence, jusqu’à ce qu’on y trouve du gaz puis du pétrole. Cet ouvrage ras­semble les contri­bu­tions de cher­cheurs appar­te­nant aux dis­ci­plines les plus diverses. Fruit d’une coopé­ra­tion scien­ti­fique sui­vie entre cher­cheurs fran­çais et indo­né­siens, il rend compte d’une actua­li­té épis­té­mo­lo­gique, celle du déve­lop­pe­ment durable, qui appelle par défi­ni­tion les réponses conjointes des sciences humaines et sociales et des sciences de la nature. Si l’approche plu­ri­dis­ci­pli­naire per­met de juger en actua­li­té des écarts de dégra­da­tion envi­ron­ne­men­tale entre dif­fé­rents sites, elle per­met à un niveau his­to­rique d’apprécier com­bien les régimes de pro­duc­tion colo­niaux ont très tôt modi­fié en pro­fon­deur les pay­sages des îles exploi­tées et com­bien la jeune nation indé­pen­dante ne s’est pas sous­traite aux logiques pro­duc­ti­vistes dont elle a héri­té. Le plus vaste archi­pel de la pla­nète, se pré­sente de ce point de vue comme un ter­rain d’expérimentation scien­ti­fique dont l’intérêt se mesure à l’extrême diver­si­té des situa­tions éco­lo­giques et sociales qui s’y ren­contre. Cet ouvrage aligne ain­si les ques­tions de la bio­lo­gie des milieux lit­to­raux, de la géo­phy­sique, de la géo­gra­phie, de l’économie, de l’anthropologie, de la lin­guis­tique, des sciences de l’éduction, pour rendre compte chaque fois de l’impact de rap­ports socio-éco­no­miques sur l’environnement natu­rel et cultu­rel. Le cas de l’archipel Kangean illustre ain­si une situa­tion qui s’étend à toute l’Indonésie. Que les acti­vi­tés humaines les plus récentes trans­forment plus qu’elles ne l’ont fait durant les der­niers siècles le milieu natu­rel duquel les popu­la­tions insu­laires tirent leur sub­sis­tance, voi­là qui n’était pas utile en soi de démon­trer. Il était tou­te­fois urgent de ten­ter de mesu­rer les effets de cette action pour envi­sa­ger d’en contrô­ler les consé­quences à court et moyen termes. Sous l’angle des obser­va­tions utiles à un pro­jet de déve­lop­pe­ment durable, il fal­lait notam­ment déga­ger les condi­tions sociales com­plexes, locales ou liées aux usages impo­sés par la mon­dia­li­sa­tion, qui seront cause dans un proche ave­nir de graves pro­blèmes éco­lo­giques et sociaux.

Du même auteur :