La Maréchaussée et le crime

En Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV, 1667-1770

la_marechaussee

Le livre, issu de la thèse de doc­to­rat de l’auteur , décrit l’évolution de la maré­chaus­sée et de la délin­quance en Île-de-France de 1667 à 1770. L’auteur renou­velle les connais­sances his­to­riques à pro­pos de la maré­chaus­sée, et élar­git la pers­pec­tive au fonc­tion­ne­ment de la police sous Louis XIV et Louis XV, ain­si qu’au déli­cat pro­blème de la construc­tion de l’obéissance à l’État. La recherche est basée sur un impor­tant tra­vail dans les archives, nour­ris­sant plu­sieurs bases de don­nées sur les mil­liers de délits et crimes pen­dant la période. Née au début du XVIe siècle, la maré­chaus­sée de l’Île-de-France est créée pour com­battre la grande cri­mi­na­li­té et pro­té­ger les prin­ci­paux che­mins des envi­rons de Paris. Sous le contrôle de Colbert depuis 1668, elle est divi­sée en bri­gades, puis sous Jérôme de Pontchartrain elle est mise au ser­vice d’une poli­tique de sécu­ri­té publique et de la poli­tique pénale du gou­ver­ne­ment. D’une com­pa­gnie auxi­liaire de la jus­tice pré­vô­tale, spé­cia­li­sée dans la sécu­ri­té des grands che­mins, la maré­chaus­sée de l’Île-de-France devient une com­pa­gnie de police du milieu rural fran­ci­lien au cours du XVIIIe siècle. En 1741, face à la hausse de la cri­mi­na­li­té contre les biens, la répres­sion contre la mar­gi­na­li­té connaît une nou­velle phase, accom­pa­gnée d’une plus grande rigueur pénale.

Du même auteur :