Collection :

Études Japonaises — vol. V

Pratiques lettrées au Japon et en Chine XVIIe-XIXe siècle

Sous la direction de 
cahier_japonais_n5

Ce volume ras­semble cinq contri­bu­tions qui dévoilent des aspects fon­da­men­taux de la culture et des pra­tiques let­trées dans le Japon et la Chine modernes. Les his­to­riens ont long­temps abor­dé la pen­sée des auteurs chi­nois et japo­nais à par­tir des grands concepts, retra­çant leur évo­lu­tion au sein des cou­rants et des écoles. La démarche adop­tée ici cherche à resi­tuer les let­trés et leurs pro­duc­tions dans leur contexte social, à mesu­rer l’impact de leurs dis­cours sur les contem­po­rains et à exa­mi­ner de plus près les vec­teurs de dif­fu­sion des savoirs. Deux des contri­bu­tions posent la ques­tion du posi­tion­ne­ment du let­tré dans la socié­té de son temps, les trois autres abordent des thèmes par­ti­cu­liers tels que l’art d’écrire, les conseils d’étiquette, et les savoirs conte­nus dans les ency­clo­pé­dies popu­laires. Le volume s’achève par quelques extraits du Keikodan (Leçons du pas­sé) de Kaiho Seiryô (1755−1817) qui per­met­tront au lec­teur de se faire une idée plus concrète des pré­oc­cu­pa­tions du monde let­tré japo­nais à la fin du XVIIIe siècle.

Du même auteur :