De la Chine à la Guyane

Mémoires du bagnard Victor Petit 1879-1919

bh_chine

Bagnard et patriote ! Quelle étrange des­ti­née que celle de Victor Petit. Enfant de l’Assistance publique, mar­qué par la fata­li­té, il ne réus­sit pas à s’in­té­grer dans une socié­té qui le rejette. Engagé volon­taire en Chine lors de la guerre des Boxers, Victor est écœu­ré par ce qu’il voit : il déserte par deux fois. Condamné en 1901 à 20 ans de tra­vaux for­cés par un Conseil de guerre, il va rejoindre au bagne les mil­liers d’hommes qui s’y consument. Mais Victor Petit n’est pas un for­çat comme les autres. Depuis l’ex­pé­di­tion en Extrême-Orient, il écrit pour témoi­gner. Son jour­nal et sa cor­res­pon­dance, conser­vés par son frère Edouard, lui ser­vi­ront à rédi­ger ses Mémoires dans sa cachette d’é­va­dé entre 1915 et 1918. Ce per­son­nage roma­nesque et authen­tique, qui se fait alors le pro­cu­reur des peti­tesses humaines, ana­lyse ce qui res­te­ra l’une des taches les plus hon­teuses de la IIIe République : le bagne de Cayenne. En 1919, Victor quitte ce monde dans des cir­cons­tances mys­té­rieuses, bles­sé à mort. Retrouvés par ses petits-neveux, ses Mémoires sont ici pour la pre­mière fois édi­tés. Ils sont pré­cé­dés d’une étude bio­gra­phique de Alain Dalotel, his­to­rien, qui a fait une enquête minu­tieuse sur ce drôle de citoyen afin d’é­clair­cir au maxi­mum les zones d’ombres de son par­cours riche en aven­tures et le repla­cer dans son époque.

Du même auteur :