Aux sources du pouvoir

Voir, approcher, comprendre le pouvoir politique au Moyen Âge

Sous la direction de 
aux_sources_du_pouvoir

L’Histoire, contrai­re­ment à cer­taines ten­dances venues des États-Unis, ne se fait pas sans docu­ments, sans « sources », du moins si l’on tient à éta­blir l’authenticité de cer­tains faits.
Le pou­voir s’exerce et s’exprime au Moyen Âge selon de nom­breuses moda­li­tés. Son his­toire s’approche par de nom­breux biais, pro­duits par ceux qui le détiennent, ou y aspirent, comme par ceux qui le consi­dèrent, l’examinent, le jugent.
Dans le cadre de deux jour­nées d’études, orga­ni­sées à l’ENS de Lyon (LSH) en mai 2014 par Sylvain Gouguenheim, une équipe de jeunes médié­vistes, de dif­fé­rentes natio­na­li­tés, a pré­sen­té un grand nombre de sources ou de types de sources ser­vant dans l’exercice, la défi­ni­tion ou la repré­sen­ta­tion du pou­voir poli­tique, en sou­li­gnant leurs attraits et sans dis­si­mu­ler leurs difficultés.
Sont ain­si abor­dés les rap­ports entre rhé­to­rique, culture et pou­voir ; la ques­tion du contrôle et de la domi­na­tion de l’espace ; l’utilisation du Droit dans la domi­na­tion et la pro­tec­tion des hommes ; les liens et les confron­ta­tions entre pou­voirs laïcs et ecclé­sias­tiques ;  enfin le rôle des stra­té­gies fami­liales et ligna­gères dans la prise ou l’exercice du pou­voir. Le tout dans un espace euro­péen élar­gi, par­cou­ru de la Castille à la Baltique ou à l’empire otto­man, et à des époques dif­fé­rentes, des débuts à la fin
de la période médiévale.
On ver­ra donc ici à l’œuvre le tra­vail de l’historien, sa démarche qui importe autant que ses résul­tats. On ver­ra aus­si com­bien peuvent être fécondes les pre­mières entre­prises de recherches de jeunes historiens.

Intervenants :

Vera Atanassova, Florent Bergère-Marcuzzi, Tobias Boestad, David Fiasson, Thomas Lacomme, Aymeric Landot, Élisa Mantienne, Fabien Paquet, Amicie Pélissié du Rausas, Adrien Roguet, Clément de Vasselot

Du même auteur :