Apprendre à voter sous la IIe République

Le suffrage de masse dans le département de la Seine (1848-1851)

apprendre_a_voter

En 1848, le Gouvernement pro­vi­soire issu des jour­nées de Février pro­clame le suf­frage direct et uni­ver­sel. Cette déci­sion est inédite, elle est aus­si impromp­tue. En effet, le suf­frage uni­ver­sel est encore une énigme. Nul ne s’accorde sur un tel concept qui appa­raît davan­tage comme un slo­gan d’opposition à la monar­chie de Juillet. Par ailleurs, la mise en œuvre du suf­frage uni­ver­sel qua­rante-hui­tard se pré­sente comme une gageure. Comment faire voter des mil­lions de citoyens qui, pour beau­coup, n’ont jamais été élec­teurs ? Tout reste à faire, et à inven­ter : un corps élec­to­ral de masse, une géo­gra­phie élec­to­rale, des pra­tiques. Toutefois, les qua­rante-hui­tards arrivent à rele­ver le défi d’un suf­frage de masse. Malgré de mul­tiples dif­fi­cul­tés, inci­dents et fraudes, le pro­ces­sus élec­to­ral arrive à son terme. Par l’adhésion qu’il sus­cite, le suf­frage uni­ver­sel qua­rante-hui­tard s’impose alors comme un mode d’exercice légi­time, fon­da­teur et sin­gu­lier d’une sou­ve­rai­ne­té populaire. 

Du même auteur :