“Arcana Imperii”. Gouverner par le secret à l’époque moderne

France, Espagne, Italie

Sylvain André, Philippe Castejon, Sébastien Malaprade

À l’heure où la transparence tend à devenir une exigence socio-politique incontournable, il est nécessaire de rappeler la place de la dissimulation dans l’histoire. Les spécialistes du Moyen Âge et de l’époque moderne ont depuis longtemps relevé l’enjeu que constituait le secret pour leurs périodes respectives : une culture de l’opacité et de la confidentialité imprégnait les monarchies anciennes où s’entremêlaient sphères privées et publiques. En ce sens, l’œuvre de Machiavel n’aurait fait que systématiser les injonctions à la dissimulation émises par les miroirs des Princes médiévaux.

Si cette perspective de longue durée fragilise les thèses faisant du secret une arme de l’absolutisme, elle éclipse aussi les singularités de l’époque moderne dans son rapport aux arts de la feinte. Le pari de cet ouvrage est d’identifier ces caractéristiques en étudiant les modalités techniques de la circulation et de la rétention de l’information. La réflexion s’ancre dans les monarchies espagnole, française et la république de Venise entre les XVIe et XVIIIe siècles. En suivant les agents royaux sur divers terrains – curiaux, diplomatiques, commerciaux, financiers –, ce livre met en lumière ce que le perfectionnement des savoirs administratifs doit aux pratiques du secret. L’élargissement de son usage à tous les domaines du politique en fait l’une des clés de compréhension des sociétés modernes.

Nombre de pages : 210 | Format : 158 x 240 mm - Dos carré collé | Date de publication : 2019 | ISBN : 978-2-84654-505-1 | Prix : 23,00 €