Bordeaux, grand port industriel au XIXe siècle

des années 1800 aux années 1880

Hubert Bonin

Jusqu’à présent, on connaît de Bordeaux essentiellement la vie de son port, de ses négociants, de son Pavé des Chartrons, riche des grandes dynasties bourgeoises à cheval sur l’armement maritime, le négoce, le vin, le rhum des Antilles. Or cette cité-port a été aussi un pôle industriel, sans pour autant animer une région industrielle comme les grands ensembles français.
Un système productif s’y est bel et bien constitué pendant la première révolution industrielle, en étroite liaison avec la vie du port, bien entendu.
Il s’agit donc ici de jauger l’épaisseur de ce terreau industriel girondin ; d’apprécier comment des « jeunes pousses » y ont éclos, portées par l’importation de technologies ou enrichies d’innovations locales ; de mesurer les rythmes de croissance des différentes branches d’activité.
Certes, la consommation des classes aisées a structuré une demande pour des productions spécifiques ; et les outre-mers, coloniaux ou non, ont alimenté plusieurs secteurs représentatifs
de cette économie ouverte aux flux atlantiques. Mais des industries semi lourdes y ont animé le souffle de l’investissement, dans les chantiers navals, dans la métallurgie, dans la mécanique. Ici aussi, la machine à vapeur est devenue la reine de l’expansion !
Et l’agglomération s’est hérissée de cheminées, tandis que les usines se tapissaient dans le tissu des rues traditionnelles, avant de glisser vers des pôles à la périphérie.
Grâce à des archives publiques inédites, à une mobilisation des publications des historiens et des érudits passionnés d’industrie, l’ouvrage bouleverse la perception de l’histoire économique et patrimoniale de Bordeaux. Chaque chapitre, enfin, est enrichi d’un corpus d’illustrations.

Nombre de pages : 294 | Format : 158 x 240 mm - Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-434-4 | Prix : 24,00 €