Collection : Le temps colonial

Le Siècle d'Albion

L’Empire britannique au XIXe siècle (1815-1914)

Jacques Weber

Aucune puissance, ni l’Espagne de la Renaissance, ni les États-Unis du XXe siècle, n’a plus que la Grande- Bretagne contribué à la naissance du monde contemporain, à la diffusion des progrès scientifiques et technologiques et des valeurs religieuses, morales et politiques du vieux continent. C’est à l’Angleterre que l’on doit l’ouverture du monde, le décloisonnement des civilisations et des sociétés. Différents facteurs expliquent l’avance et la puissance d’Albion au XIXe siècle et l’empreinte qu’elle a laissée sur le monde : la conquête des libertés et le consensus autour des institutions, la puissance économique et la domination des océans, l’efficacité du Foreign Office dans les affaires européennes, l’esprit d’entreprise de ses fils, tels Thomas Stamford Raffles à Singapour, James Brooke, le « rajah blanc de Bornéo », et Livingstone, qui incarne les valeurs morales de sa nation. Le lecteur trouvera dans cet ouvrage d’importants développements sur la situation politique et sociale et sur les mentalités de l’Angleterre victorienne, sur son essor industriel et commercial et sur les difficultés du tournant du siècle, quand émergent de nouveaux géants, sur sa politique d’équilibre sur le continent et de maîtrise de la Méditerranée et de la route des Indes. L’hétérogénéité de l’empire est analysée en détail : des colonies de peuplement qui accèdent au self-government et des colonies d’exploitation, où les droits politiques des « indigènes » sont inexistants ; des possessions tantôt administrées directement, tantôt régies par l’indirect rule. L’histoire intérieure des plus importantes est privilégiée, et notamment les secousses qui les agitent, comme la révolte des Cipayes et la guerre des Boers, sans vraiment ébranler les certitudes de Londres.

Nombre de pages : 752 | Format : 170 x 240 mm - Dos carré collé | Date de publication : 2011 | ISBN : 978-2-84654-291-3 | Prix : 28,00 €