Histoire des souffrances du sieur Élie Neau,

sur les galères, et dans les cachots de Marseille

Didier Poton, Bertrand Van Ruymbeke

Elie Neau est né en Saintonge, en terre protestante. Comme beaucoup de ses « pays », il est embarqué comme mousse à 12 ans à La Rochelle, d’où une flotte nombreuse dessert les Caraîbes et le Canada. Avant même la Révocation de l’Edit de Nantes, et devant les persécutions qui s’étendent dans le pays protestant d’Aunis et de Saintonge, il s’établit à Boston, et demande à la Couronne d’Angleterre sa naturalisation. Commandant de navire marchand, établi à New York, il est capturé par un corsaire français, ramené à Saint-Malo, et condamné aux galères à perpétuité pour avoir quitté le royaume sans autorisation, mais surtout pour être de la religion réformée. Elie Neau fait partie des 1551 protestants condamnés aux galères. À pied, la chaîne rejoint Marseille. Elie Neau est un protestant opiniâtre, qui fait du prosélytisme, ce qui lui vaut l’ire du ministre de la Marine et une incarcération dans des conditions terribles au château d’If. Libéré en 1698 grâce à l’intervention de l’ambassadeur d’Angleterre, Elie Neau regagne New York. La dernière étape de la vie de Neau sera consacrée à la création d’une « école pour les Africains » : les esclaves noirs (et quelques Indiens) de New York.

Nombre de pages : 210 | Format : 125 x 210 mm - Dos carré collé | Date de publication : 2014 | ISBN : 978-2-84654-349-1 | Prix : 22,00 €